La semaine dernière s’est déroulée à Québec la 4e édition du Féminista Barista Jam, une compétition annuelle d’art latté 100 % pour femmes, personnes non-binaires et transgenres. On n’allait pas manquer ça !  Voici le récit de cet évènement « unique » et si « important », comme le décrit Mélanie Gagné, propriétaire du café et micro-torréfacteur LpB – La p’tite Brûlerie, à Deschambault

En finir avec le « boy’s club »

Québec, samedi 13 juillet 2019, fin d’après-midi. Au bout de la rue Saint-Joseph, l’équipe de LpB – La p’tite Brûlerie pousse les grandes portes vitrées et entre chez Café Saint-Henri dans le quartier Saint-Roch. C’est ici qu’a lieu cette année la compétition de latte art Féminista Barista Jam, dont la première édition s’était déroulée au café Paquebot à Montréal, en 2016.

Derrière le comptoir, les deux fondatrices de l’évènement Isabelle Huard et Nicole Schetter veillent aux derniers préparatifs de la compétition créée pour redonner aux femmes la place qui leur revient dans l’industrie du café. « Il y a tellement de femmes qui travaillent dans les cafés, j’ai plein de collègues talentueuses, alors comment se fait-il qu’on ne les voyait nulle part dans des événements comme ça ? », questionne Isabelle Huard dans le magazine Corsé de mai 2019.

« C’est important pour moi d’être présente et partenaire du Féminista Barista Jam, car il y a peu d’évènements pour les femmes dans le monde du café », pense Mélanie Gagné qui a démarré son entreprise de micro-torréfaction de café de spécialité il y a 8 ans.

Café Saint-Henri à Québec

LpB – La p’tite Brûlerie lors de la compétition de barista au café Saint-Henri.

femmes en appui au texte

Des visages de femmes de l’industrie du café : Mélanie Gagné, Nicole Schetter, Maude Lessard, Isabelle Huard, Mireille Tremblay (de la gauche à la droite).

« Ça peut être un peu intimidant, très boy’s club, le monde du café, réfléchit Mélanie Gagné. Le Féminista Barista Jam est un beau prétexte pour se rencontrer et s’inspirer entre femmes, d’autant plus que notre équipe à La p’tite Brûlerie est presque 100 % composée de femmes!»

image décorative qui appuie le texte

LpB -La p’tit Brûlerie était partenaire de l’événement Féminista Barista Jam

LpB - La p'tite Brûlerie au Féminista Barista Jam

Pratique des baristas avant la compétition de latte art

Les duels commencent !

Derrière une impressionnante machine espresso du hollandais Kees Van Der Westen, les baristas inscrites se pratiquent encore un peu, dont Maude Lessard, torréfactrice à LpB – La p’tite Brûlerie, aussi barista. « C’est une belle occasion de se réunir autour du café et d’avoir du plaisir, lance-t-elle à propos de l’évènement. C’est très amical, il y a plusieurs niveaux d’expérience en latte art, mais pas de pression et c’est rare dans ce genre d’évènement. »

À chaque tour, deux baristas s’affrontent. Le public décide de leur sort en votant à main levée pour leur œuvre de latte art préférée : main ouverte ou point, en fonction du choix. Maude passe le premier tour !

Rosettas, cygnes, tulipes, certains designs de latte art sont extrêmement détaillés et complexes.

Maude de LpB - La p'tite Brûlerie au Féminista Barista Jam

En pleine action, Maude de LpB – La p’tite Brûlerie au Féminista Barista Jam.

image décorative qui appuie le texte

Duel de baristas lors du Féminista Barista Jam

« Ce n’est pas juste un dessin, pense Mélanie Gagné de La p’tite Brûlerie, c’est aussi une question d’extraction du café, de température du lait, de texture de mousse. Si tous les paramètres ne sont pas réunis, le dessin ne sera pas réussi. »

Latté art lors de la compétition

Latte art lors de la compétition

image décorative qui appuie le texte

Bravo aux trois finalistes – et à toutes les participantes baristas !

 

  • Maude Boisvert (Maesmi/Saint-Henri)
  • Julie Audet (Saint-Henri)
  • Catherine Gauthier (Paquebot/ZAB)
Finalistes du Féminista Barista Jam

Les trois finalistes du Féminista Barista Jam